Découvertes

Accueil >Découvertes>La curiosité est un beau métier

découverte

La curiosité est un beau métier

Favoriser la découverte et la connaissance des collections et des expositions temporaires, sensibiliser et initier tous les publics à l’histoire de l’art et aux arts plastiques : telles sont les missions que l’équipe de médiation du musée de Grenoble remplit au quotidien.

©Jean-Luc Lacroix – musée de Grenoble

L’équipe de médiation réunit 12 personnes (10 femmes et 2 hommes) qui s’appliquent à guider chaque visiteur de manière adaptée à travers les œuvres du musée. Chacun est confronté à un public très diversifié qui compte beaucoup d’enfants.

Des scolaires de toute l’agglo sont accueillis gratuitement au musée tous les jours du lundi au vendredi (sauf le mardi) pour des parcours ou des ateliers. De la petite section de maternelle au lycée, ils sont près de 500 chaque jour à arpenter les salles du musée !

Les médiatrices et médiateurs assurent aussi plus de 400 visites guidées pour les adultes chaque année, auxquelles s’ajoute une programmation adaptée aux publics à besoins spécifiques.

Pour mener à bien ces missions, elles et ils ont bien sûr suivi une formation adaptée : universitaire en Histoire de l’art, ou, plus pratique, aux Beaux-Arts ou en Arts plastiques. Cette formation se conjugue à une vraie passion pour leur métier et une curiosité sans cesse renouvelée qui leur permet d’approfondir régulièrement leurs connaissances.

En effet, deux fois par an, elles et ils relèvent le défi de se plonger dans l’exploration d’un nouveau territoire artistique avec les expos temporaires.

L’enfance de l’art

L’offre en direction du jeune public s’articule entre les parcours et les ateliers, qui sont tous deux à destination des scolaires pendant l’année et du public individuel pendant les vacances. Claire Moiroud, médiatrice au musée, précise :

Nous proposons 42 parcours, dont cinq spécialement dédiés à la petite enfance : ils se font en présence de deux médiateurs pour garantir un encadrement adapté, et seulement dans les collections permanentes pour éviter la foule.

©Jean-Luc Lacroix

Thématiques ou transversales, « ces visites sont construites en cohérence avec la richesse de nos collections tout en respectant le stade de développement de l’enfant. Pour les plus petits, on a par exemple un parcours sur les cinq sens, un autre avec des jeux de mime : l’idée, c’est de trouver des entrées appropriées et ne pas oublier qu’on est devant un tableau, pour qu’esthétiquement ça ait du sens. »

À partir de la grande section de maternelle, les parcours se font aussi en lien avec les expos temporaires. Pour faciliter la compréhension, les médiatrices créent un support adapté, le carnet de visites, avec des questions, des dessins à réaliser…

« Nous nous interrogeons sur ce qu’un enfant doit retenir des œuvres. Il n’y a pas seulement du jeu mais aussi du contenu, un vrai fonds pédagogique. Il s’agit de faire en sorte que les enfants regardent et expriment leur ressenti. »

Quant aux visites destinées aux collèges et lycées, elles abordent des thèmes comme les images de femmes, ou  les artistes et l’actualité…

Nous renouvelons beaucoup les propositions, tout en nous appliquant à faire écho aux programmes d’enseignement de l’histoire des arts.

La main à la pâte

Cinq médiatrices sont mobilisées pour imaginer et animer les ateliers. Ceux-ci s’adressent soit aux 5-7 ans soit aux 8-11 ans. Associant l’observation d’une ou plusieurs œuvres à une partie pratique, ils balaient toutes les époques et de nombreuses thématiques.

« On propose vingt ateliers et on en crée en moyenne trois par an, dont deux autour des expos temporaires, explique Céline Carrier, médiatrice au musée. C’est un vrai travail collectif : plusieurs mois à l’avance, en lien avec l’équipe de la Conservation, on réfléchit à un corpus d’œuvres sur lequel on s’appuie pour faire émerger des thématiques puis on conçoit le déroulé. »

Dessins, peinture, travail sur les ombres et la lumière, fabrication de masques, de sculptures, découpage, réalisation d’empreintes, création de toupies… Les propositions sont extrêmement variées !

©Succession Picasso / Jean-Luc Lacroix – musée de Grenoble

La petite dernière, en lien avec l’expo Picasso, est un travail sur la composition et les formes : après observation de plusieurs tableaux de l’artiste, les enfants agencent des aimants sur des plaques métalliques. Ils repartent avec l’ensemble des aimants et peuvent alors reproduire leur œuvre à la maison sur une surface métallique.

En direction de tous les publics

En plus du jeune public, l’équipe de médiation anime aussi des visites guidées pour les adultes, en soirée et le week-end, dans les collections et les expositions temporaires.

Deux fois par mois, les médiateurs et médiatrices font voyager le public dans l’histoire de l’art avec les « thématiques du dimanche », et prennent aussi en charge l’organisation d’événements comme la Nocturne des étudiants ou l’expo Hors les Murs.

Enfin, en s’appuyant sur une programmation de visites et d’ateliers adaptés, le musée s’adresse aux publics à besoins spécifiques.

Pour les personnes malentendantes, des visites en lecture labiale et LSF sont régulièrement proposées, et deux médiatrices sont formées pour les visites avec le public malvoyant. Claire Moiroud souligne :

On accueille aussi des visiteurs présentant un handicap mental. Par année scolaire, cela représente environ 200 groupes des IME (Instituts médico-éducatifs). Les parcours s’organisent en collaboration avec les structures. Nous nous efforçons de rester toujours à l’écoute. Tout est ouvert. Les visites proposées aux classes classiques s’adressent aussi aux enfants en situation de handicap.

informationRenseignements divers
téléphone 04 76 63 44 44
courrielwww.museedegrenoble.fr
Ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 10  heures à 18  heures. Tarifs : 5-8 €. Gratuit pour les - de 26 ans et pour tous les premiers dimanches du mois.

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Prémol : des projets comme sur un plateau

Orpailleur des déchets

Faire vivre le patrimoine cinématographique