Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Écrivain au long cours

Eddy L. Harris

Écrivain au long cours

Essayiste et romancier, Eddy L. Harris aborde dans son œuvre les questions de l’identité afro-américaine en s’inspirant de ses rencontres et de ses nombreux voyages. Il est accueilli cet automne par les bibliothèques de Grenoble pour une résidence d’écriture et des interventions auprès des jeunes.

Originaire de Saint-Louis aux États-Unis, Eddy L. Harris signe en 1988 Mississippi Solo. Ce premier ouvrage aux allures de quête initiatique relate un périple en canoë sur le fleuve long de plus de 4 000 kilomètres.

Je suis un fils du Mississippi. J’ai grandi sur ses rives et j’ai passé beaucoup de temps avec lui. C’est un fleuve mythique, qui fait partie de mon imaginaire et résonne profondément avec l’histoire des États-Unis.

Trente ans plus tard, il renouvelle l’expérience et en tire Le Mississippi dans la peau. Avec ces deux livres nourris de rencontres et d’humanité, il brosse un portrait de son pays à la fois sensible et sans concession tout en s’interrogeant sur son identité.

«Ces voyages étaient un défi pour me confronter à moi-même et savoir qui j’étais : qu’est-ce que cela signifie d’être un homme noir et américain ?»

Horizons lointains

Ce questionnement irrigue plusieurs de ses ouvrages : Jupiter et Moi, un texte entre récit familial et chronique sociale retraçant l’histoire des Afro-américains depuis l’abolition de l’esclavage, ou Harlem, une plongée poétique et percutante dans le quartier noir new-yorkais.

Insatiable baroudeur, Eddy arpente depuis près de cinquante ans les États-Unis comme le monde entier (Inde, Asie, Amérique du Sud, Afrique…) pour «voir comment les gens vivent sous d’autres horizons», témoignant de la réalité qu’il rencontre dans des récits authentiques et sans concession. Depuis 1995, c’est la France qu’il a choisie comme port d’attache.

C’est un pays avec lequel j’ai un lien très profond depuis l’enfance. Saint-Louis est une ville fondée par les Français, j’ai grandi dans une ambiance très francophile et j’ai appris le français auprès d’un enseignant qui m’a transmis sa passion pour ce pays et sa culture.

Dans le sillage de Mark Twain

Du 15 octobre au 15 décembre, il s’installe à Grenoble pour une résidence dans le cadre du Printemps du Livre et conjuguera temps de création et action culturelle.

«Mon projet d’écriture nous ramène au Mississippi puisque je m’inspirerai du livre de Mark Twain, Les Aventures de Huckleberry Finn, en racontant l’histoire du point de vue de Jim, un personnage secondaire qui lutte pour échapper à l’esclavage. En lui donnant le premier rôle, je souhaite casser les stéréotypes, montrer son humanité et sa capacité à choisir son destin.»

Eddy animera aussi des rencontres et des ateliers avec les jeunes sur le thème des discriminations. Une perspective qu’il envisage avec enthousiasme.

«J’aime l’idée de transmettre mon goût pour la littérature ou une expérience de voyage qui peut être l’occasion de se dépasser. L’idée de s’autoriser à faire les choses quel que soit le domaine : culture, sport… sera le fil conducteur de nos échanges.»

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

L’été américain de Pauline Berté

Mutineries chorégraphiques

365 jours en images