Découvertes

Accueil >Découvertes>Guilia Arduca : « Enceintes, mais pas en sucre »

Ateliers participatifs

Guilia Arduca : « Enceintes, mais pas en sucre »

Guilia Arduca, danseuse et chorégraphe au sein de la compagnie Kekosa, explore le monde de la grossesse et les transformations qu’elle implique à travers des ateliers participatifs. De ces « Ateliers en mouvement » se déclineront trois spectacles : « Pregnance ».

« J’avais envie de travailler avec ce corps en transformation, ce corps qui donne la vie », explique la chorégraphe et danseuse Guilia Arduca. « C’est un moment où une femme ressent ce changement brutal. J’avais envie de ramener cet état sur les plateaux. »

Depuis un an déjà, l’artiste explore ce monde singulier qu’est la grossesse à travers ce qu’elle appelle des « Ateliers en mouvement ». Elle ajoute :

Ce sont des temps sensoriels et ludiques où l’on joue avec les sens et l’imaginaire par différents biais : la photo, les textes, la discussion. C’est une mise en relation du corps de la maman vers son corps, de son corps vers celui du bébé, de son corps aux autres corps et de son corps à l’espace.

Une immersion sensorielle pour vivre autrement la transformation de son corps. N’ayant jamais eu d’enfant, Guilia Arduca estime ne pouvoir travailler cette thématique sans l’aide des personnes concernées.

©DR/Pascale Cholette

Des ateliers, un spectacle

« Elles n’ont aucune expérience de la scène, mais elles sont dans cette réalité, ce présent qui est différent du mien. Alors on met en partage », développe l’amoureuse de danse contemporaine. « Ça m’intéresse énormément de mettre en scène leur présent, sans filtre. »

Concrètement, les femmes enceintes forment trois groupes à Grenoble, à Crolles et à Echirolles. Une dizaine d’ateliers participatifs permettent à ces groupes de préparer un spectacle qui leur est propre.

« On essaie de trouver des thèmes communs à ce qu’elles traversent, comme le rapport au poids, à l’enfant ou à ce corps qui leur échappe », précise Guilia Arduca. « Les interprètes n’ont aucune obligation. On respecte leur état, leur vécu. »

Selon elle, tout le monde a une qualité expressive et les femmes enceintes, dont l’imaginaire est florissant, sont très peu mises en lumière. Les « Ateliers en mouvement » et « Pregnance » sont donc, pour la chorégraphe, un moyen de remédier à cette « parenthèse » que les femmes s’imposent au moment de la grossesse.

« Il n’y a aucune vraie bonne raison de s’arrêter de bouger, sauf en cas de problème de santé », conclut-elle. « Enceintes, oui, mais pas en sucre. »

informationRenseignements divers
Ateliers du 18 mars au 11 avril (à partir du 3ème mois) et spectacle le 12 avril à 18h30 au théâtre de Poche.
courrielhttps://www.kekosa.fr/participer-en-2019
courriel pregnance1@gmail.com

Les commentaires (0)

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Drôle d’oiseau voyageur

La Caravane du sport fait sa tournée !

Spectacles à la fraîche