Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>À fleur de mots

Petite Poissone

À fleur de mots

Avec ses mots qui touchent et font mouche, Petite Poissone interpelle les passant-es aux détours des rues, tout en menant de front différents projets de création graphique, à la fois originaux et engagés.

©Jean-Sébastien Faure

«L’attouchement sans douleur n’existe pas», «Prochain arrêt, l’arrêt cardiaque», «Le temps de dire ouf et tu le deviens»…

Drôles, grinçantes, poétiques, percutantes et pleines de dérision, ses phrases s’affichent depuis une dizaine d’années sur les murs de Grenoble mais aussi Paris, Marseille, Bayonne, Nantes, Lyon… Pourtant, Petite Poissone n’a pas commencé par le street art !

En effet, cette touche-à-tout qui «s’ennuie vite et aime expérimenter plein de choses» a plus d’une corde à son arc : peinture, photo, lithographie, reliure, sculpture… Autant de techniques qu’elle conjugue de longue date à sa pratique de l’art urbain.

Aventurière urbaine

Fan de BD, elle dessine «depuis qu’elle sait tenir un crayon». Après des études aux Beaux-arts de Caen, elle revient à Grenoble et travaille comme graphiste puis créatrice de logiciels d’animation.

Elle commence aussi à exposer ses toiles, notamment à la Bobine, tout en concevant et fabriquant des livres où elle associe une écriture incisive à des illustrations sensibles et inspirées.

«J’aime ce qui est décalé, d’où mon envie de mettre des textes là où l’on ne s’attend pas à en voir…» En 2012, elle réalise son premier collage à Grenoble.

Séduite par l’expérience «où l’on est comme une exploratrice en quête du spot idéal», Petite Poissone ne s’arrêtera plus, jalonnant l’espace public de ses sentences caustiques et bien senties, de manière impromptue puis à l’invitation de festivals ou autres structures, comme la RATP en 2020, pour une création dans le métro.

Elle a aussi exposé dans des galeries parisiennes (le Lavomatik, le Cabinet d’Amateur) et cet été, on a découvert à Grenoble l’exposition Les Inégalités, c’est pas mon genre, fruit d’ateliers qu’elle a menés avec des jeunes de l’IMT (Institut des Métiers et Techniques).

Actualité et humour anglais

On l’aura compris, Petite Poissone déborde d’inspiration !

J’ai des carnets où chaque jour, je note et dessine tout ce qui me passe par la tête sur des thèmes dont j’ai envie de parler… et d’en rire : l’amour, un sujet qu’on peut explorer de mille façons, mais aussi la place des femmes et la misogynie ambiante, banale, qu’on subit tous les jours, et puis l’actualité, le racisme…

Avec, comme fil conducteur, un sens de la formule évident et une bonne dose de second degré inspiré de Gotlib, Woody Allen, les Monty Python et l’humour anglais en général.

«J’aime l’absurde qui a du sens. Dans mon travail, il n’y a pas de volonté de convertir à une cause mais plutôt de faire sourire, de trouver un biais pour faire passer les choses sans donner de leçon, juste en interpellant, en invitant à porter un regard différent.»

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.petitepoissone.com

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi