Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Pourquoi laisser sa voiture au garage…

Stationnement

Pourquoi laisser sa voiture au garage…

A partir du 1er juillet 2016, les coûts du ticket de stationnement en voirie et résident vont évoluer. Entre autres objectifs : libérer de l’espace public au profit d’un embellissement de la ville, favoriser la rotation des véhicules pour offrir de la place à la clientèle des commerces, permettre aux professionnels du dépannage et de la santé d’assurer leurs missions et bien sûr inciter à l’utilisation d’autres modes de transport. Explications et dates des réunions publiques d’information.

Stationnement

Deux trois chiffres pour commencer : 63 % des ménages sont motorisés à Grenoble, ce qui représente un parc d’environ 65 000 voitures particulières (hors donc voitures utilitaires des artisans et entreprises). Retournons en primaire : à raison d’une surface standard minimale de 10 m² (2m x 5m) pour garer un véhicule, il faut dégager une surface de 65 hectares environ, soit l’équivalent de 110 terrains de football.

Il paraît difficile de libérer toutes ces emprises, mais imaginons un espace public en partie soulagé des voitures… Des trottoirs élargis, davantage d’espaces plantés, une meilleure circulation de tous, et notamment des personnes en fauteuil et des familles avec poussette.

Une politique d’ensemble

La nouvelle donne du stationnement sera en accord avec la politique métropolitaine de déplacement. Le passage de la vitesse à 30 km/h, le développement en cours des parkings relais, la mise à l’étude des cheminements piétons et cyclistes, la refonte des tarifs TAG, les perspectives du Metro-câble, le projet de logistique urbaine durable (création d’un centre de distribution des marchandises) ou encore la mise en place d’une verbalisation liée au stationnement gênant, forment un parcours cohérent vers de nouvelles pratiques de la ville.

Un diagnostic préalable

L’évolution des tarifs du stationnement part de quelques constats simples. Entre les parkings en ouvrage, les parkings relais et les parkings privés, il y a 90 000 places de stationnement à Grenoble. Les véhicules qui y entrent quotidiennement sont estimés à 110 000/jour, avec une pression de stationnement en priorité dans les zones gratuites (Ile Verte, Arago Jean Macé…). Pendant ce temps, certains parkings en ouvrage et parcs relais sont sous utilisés (Hôtel de Ville, Catane, gare…) : 200 places sont ainsi en permanence disponibles dans l’hyper centre.

Les bailleurs sociaux disposent de nombreuses places non louées (1000 places pour Actis par exemple), et de nombreux habitants n’utilisent pas leur garage privé, préférant le stationnement sur voirie. Des possibilités de stationnement sont donc inutilisées, alors que le stationnement sur voirie contraint les usages de l’espace public. Les élus des secteurs 1 et 2 tout particulièrement sont régulièrement saisis de demandes d’habitants qui souhaitent que leurs rues passent en zone payante.

Des objectifs d’apaisement

Trois objectifs principaux accompagnent cette volonté d’amplification de changements d’usage.

  • L’incitation à l’utilisation des parkings en ouvrage, des parkings relais et des parkings privés plutôt que la voirie.
  • Le développement des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle, comme les transports en commun, la marche, le vélo ou l’auto partage.
  • Une meilleure régulation du stationnement pour privilégier certains usages de l’automobile, pour les personnes à mobilité réduite, les résidents, les visiteurs en zones commerçantes, les professionnels…

StationnementUne tarification sociale

La décision va être prise lors du conseil municipal du 20 juin 2016 : le coût du stationnement résident (qui est l’un des moins chers de France) va changer, et sera fonction du Quotient familial. Il s’échelonnera grosso modo de 10 à 30 €. Objectif : inciter les riverains à davantage utiliser les parkings en ouvrage, les garages privés ou… à se séparer d’un véhicule. Car moins l’espace public sera utilisé pour les voitures, plus les autres modes de déplacement (transports en commun, autopartage, vélos…) seront efficaces et pertinents.

A partir du 1er juillet, les horodateurs des zones orange et violette seront centralisés et équipés du paiement par carte bleue. Fin 2016 début 2017, un dispositif de paiement sur téléphone mobile sera mis en place (avec maintien du paiement par pièces de monnaie).

Une rotation véhicules

L’évolution de la politique de stationnement sur voirie facilitera également la rotation des voitures, donc l’accessibilité de la clientèle aux commerces et entreprises. La grille des tarifs sera modifiée pour rendre plus attractifs les parkings en ouvrage, avec une augmentation du coût horaire de toutes les zones (voir encadré ci-contre). Une tarification plus adaptée sera mise en place pour les professionnels du dépannage et de la santé. L’extension des zones orange est au programme, en tablant entre autres sur une diminution des zones violettes.

Information et concertation

Avant passage en conseil municipal, toutes ces mesures feront l’objet d’une information, notamment sur la présentation de l’état des lieux, du détail des objectifs et des principales modifications tarifaires. L’extension des zones payantes, le passage des zones vertes à zones violettes , le fonctionnement du ticket résident seront des points soumis à concertation et information.

Rendez-vous pour trois réunions publiques :

  • le mardi 31 mai de 18h30 à 20h30 à la salle polyvalente de l’Ile Verte, 37bis rue Blanche Monier
  • le mercredi 1er juin de 18h30 à 20h30 à la Plateforme, 9, place de Verdun
  • le vendredi 3 juin de 18h30 à 20h30 à la Maison des habitants Chorier Berriat, 10, rue Henry Le Chatelier

Vos commentaires

Commentaire de Delprat le 30 mai 2016 à 12 h 30 min

De nouveau une augmentation pour la classe moyenne j’habite quartier bouchayer viallet je dois me garer dehors et je vais passer de 12€ à 30€ par mois ayant un coefficient familial juste au dessus environ 1300
A part me donner envie de quitter la ville de Grenoble l’ensemble des changements n’ont pour l’instant que donner pour beaucoup une envie de fuir cette ville où nous sommes plus écoutés

Lire la suite >

Commentaire de loulou le 30 mai 2016 à 22 h 21 min

il est désagréable d’apprendre par hasard, le 30mai 2015, la nouvelle politique de la ville sur le stationnement pour une mise en application le 1er juillet. Nous avons deux voitures, et c’est un choix qui nous a été imposé par la ville de Grenoble avec la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Aujourd’hui, je travaille à 15km et mon épouse à 40 km, avoir 2 voitures n’est pas un luxe mais une nécessité économique. Par ailleurs, avec la nouvelle grille de tarifs, je vais payer le plein tarif. Après avoir payé plein tarif pour la crèche, le plein tarif pour la cantine, maintenant le plein tarif pour stationner sa voiture dans la rue… J’ai juste envie de vendre mon appartement (nous vivons à 4 dans 60m²), de quitter Grenoble. A force, il ne restera au centre de Grenoble que les étudiants, qui paieront 10€àmois de stationnement, les chômeurs. Mais comme une élue m’a dit l’année c’est un privilège de travailler à 2 , mais aussi un choix.
Quel est la différence entre une dictature et la démocratie?
Il parait que Mr PIOLLE était pour une démocratie participative, n’est-il pas en train d’imposer une démocratie dirigée?

Lire la suite >

Commentaire de Mano le 31 mai 2016 à 9 h 52 min

Je ne comprends pas bien la logique : favoriser la sédentarité des véhicules sur la voie publique c’est au contraire favoriser l’usage des transports en communs et l’usage des parkings et autres garages privés.

Alors qu’inciter les rotations à une plus grande échelle c’est favoriser l’aggravation de la pollution !

Ca ressemble à la décision d’augmenter significativement le prix des parking relais il y a quelque temps …

Tout ceci est très cynique – Je ne dis pas bravo à cette décision qui poussera certains habitants (avec leur pouvoir d’achat) à quitter le centre ville qui lui deviendra de plus en plus irrespirable et de moins en moins habité. Je ne suis pas certain que les commerces y trouvent un jour leur compte !

Cette décision qui semble déjà très arrêtée (concertation ???) est très discutable et de mon point de vue ne fera l’affaire que des caisses de la mairie …

Lire la suite >

Commentaire de Le pigeon du 38 le 31 mai 2016 à 19 h 14 min

Oui, encore des augmentations ! Bah oui, c’est bien connu, sans augmentation des dépenses, la vie est moins folle ! (Mais pour les revenus, tu peux toujours courir…)

La facturation en fonction du QF… La solidarité par ceux qui s’en fichent, car ils n’y participent pas. Pour les « riches », c’est de plus en plus invivable… On tire pas notre salaire d’un chapeau magique, on travaille. On se fait voler par plus riches que nous, et on souffre.

Ah, au fait, apparemment tous les grenoblois ont un garage à disposition. J’habite pas les secteurs sud, donc j’ai pas de box ou de garage dispo gratuitement, donc je trime pour trouver une place libre le soir. Lien logique, je sais pas, certains ne saisissent pas le concept.

Eh, Piolle, tu me paies mon garage ?

PS : censurez le commentaire, et je reposte. La liberté d’expression, ça existe. Bisous :3

Lire la suite >

    Commentaire de La rédaction le 31 mai 2016 à 21 h 12 min

    On ne censure que les commentaires injurieux ;o) Bisous ôssi

    Lire la suite >

Commentaire de Mano le 1 juin 2016 à 8 h 31 min

Bonjour,
La liberté d’expression du site est très appréciable c’est vrai !
Merci

Lire la suite >

Commentaire de matraquage fiscal le 1 juin 2016 à 22 h 08 min

Je rentre de la réunion publique et je suis atterré par le passage en force et le matraquage fiscal que je viens de subir en tant que Grenoblois et automobiliste !
Nous venons d’être mis face au mur de l’augmentation surréaliste du prix ticket résident (jusqu’à 150% pour les QF >1200€) qui sera soumis au prochain conseil municipal (le 20/06) sans aucun concertation publique ou politique préalable.
Pourquoi ces décisions seront-elles été imposées si rapidement et sans aucune concertation publique (point fort pourtant souligné et mis en avant par votre majorité lors de la campagne) ?!

Les embouteillages quotidiens dus à la réduction des voies de circulation sur les grands axes et le balais des feux prioritaires des trams (Chavant, Porte de France, etc…), ainsi que le surplus de circulation engendrée par le manque de places de stationnement, ne va-t-il pas dans le sens contraire d’une ville apaisée et moins polluée ?!

Une politique en faveur de l’utilisation des places vides des parcs de la ville ne peut-elle pas être menée pour faire stationner les résidents en longue durée et en toute sécurité ? L’alignement par le haut des tarifs de la voirie, vers ceux des parcs, vise-t-il uniquement à taxer encore les résidents grenoblois – déjà étouffés par les taxes locales des plus importantes ?

La ville zéro-voiture ne peut exister car les foyers ont tous des raisons qui les obligent à la conserver. Soyez certains que les 63% des foyers équipés d’un véhicule le resteront même après ces mesures, vous ne pourrez pas sortir les voitures des résidents sans perdre les habitants qui les possèdent !

Lire la suite >

Commentaire de Rouch frederique le 2 juin 2016 à 5 h 38 min

On voit bien par ces mesures ce que donne l’assemblage de l’écologie et de l’extrême gauche. Pour nous, citoyens, la participation se résume à enregistrer dans des réunions « d’information » les décisions du conseil municipal.
Il faut aussi combler la renonciation par la municipalité des recettes publicitaires…
Un couple classe moyenne habitant le centre ville.

Lire la suite >

Commentaire de Ludo le 2 juin 2016 à 21 h 13 min

C’est vrai c’est une belle preuve de courage politique … le stationnement au quotient familial je n’y avais même pas pensé.
Personnellement je vais jeter l’éponge je ne retrouve plus le « bon vivre » Grenoblois. Grenoble s’appauvri et cette lutte des classes démagogique est nauséabonde. On parle de bouclier social. Je travaille dur, je ne pense pas demander beaucoup en retour et je pensais contribuer à la hauteur de mes moyens à la société ; je suis heureux de payer des impôts. Maintenant me rappeler sans cesse que je suis un privilégié, et de privilégié passer au statut de « salaud » au point qu’il faille protéger les pauvres gens de moi par un bouclier non c’est trop. Ce n’est pas ma vision de la société.

Lire la suite >

Commentaire de abcdd le 4 juin 2016 à 23 h 39 min

Les places de parking réservées à la Métro sont-elles payantes?
Merci.

Lire la suite >

Commentaire de MarredéZécolos le 5 juin 2016 à 11 h 05 min

On voit bien ce que les travaux effectués sur le cours Jean Jaurès : des trottoirs plus larges pour favoriser piétons, vélos et espaces pour les terrasses des commerces. Vous parlez d’accès pour les handicapés, mais dites-moi combien on trouve de stationnements réservés pour ces personnes entre, par exemple, la porte de France et le quartier Aigle? 2 grand max…
Et qui dit trottoirs plus larges, dit plus de vélos qui les utilisent pour des pistes cyclables… Merci Les ecolos
J’ai un garage en ville et grâce à vos bêtises de stationnement, il y a de plus en plus de gens qui s’y garent devant. Conséquences, angoisse de trouver une voiture sans personne dedans devant mon garage quand j’ai un rdv important et que je dois prendre mon véhicule pour m’y rendre… Et là, il faut appeler la police municipale (il n’y a qu’elle qui le fait) qui va appeler le propriétaire, grâce à sa plaque d’immatriculation, et lui laisser un message… C’est bien mais une mise en fourrière serait peut-être plus rapide et efficace, non?

Si tu veux moins de circulation en ville fais-en une ville morte et tu n’auras plus ces problèmes………….

Lire la suite >

Commentaire de nol le 6 juin 2016 à 15 h 12 min

Je comprends la logique mais trouve la méthode contre productive vu sa brutalité. Bien sûr il y a sans doute de la résistance au changement dans nos propos et nous verrons peut être les avantages de cette mesure à l’usage. Mais j’ai l’amère impression que l’argument écologique est ici surtout un prétexte pour trouver de nouvelles ressources au budget sclérosé de la commune. Ce qui est sans doute une nécessité, mais autant engager le débat sur les vrais sujets. D’autres mesures à venir comme le passage payant de l’accueil scolaire vont impacter les mêmes personnes. Ne va t’on pas aboutir à demander les efforts toujours aux mêmes ? Et puis j’attendais aussi plus de concertations et de franchise (dans le sens ou les augmentations sont annoncées sous le couvert d’autres mesures) sur ces sujets de la part de nos élus.

Lire la suite >

Commentaire de Titi le 6 juin 2016 à 15 h 51 min

Globalement, cela semble cohérent. La mise en place d’une tarification solidaire est intéressante notamment. Néanmoins, je trouve que la proposition de l’étalonnage du prix du ticket résident génère une augmentation vraiment trop conséquente par rapport au coût précédent. Par exemple : 10, 15 et 20 € me paraîtrait beaucoup plus judicieux (et moins douloureux).

Lire la suite >

Commentaire de ale vienne le 6 juin 2016 à 18 h 27 min

Réduire le nombre de voiture en ville est une vertueuse idée. Mais ce choix politique, l’augmentation de la tarification, est absurde. Nul.
1° Pour ceux qui ont du pognon 20€ c’est peanuts.
2° Pour moi, qui n’ai pas de garage c’est 20€ de plus à débourser sans alternative moins coûteuse envisageable. Je vais payer plus et ma bagnole de 15 ans continuera à ventouser les place de parking du centre ville.
3° Ca va libérer des places de parking? pas sur, et si c’est le cas, le soir, car le soir c’est gratuit, les gens vivant loin des cinés seront tenté de remonter dans leurs voitures. Perdu, vous avez le droit de rejouer.
Conclusion, c’est une bonne affaire pour remplir les caisses de la mairie sans rien proposer en échange, ni meme de s’approcher de but: Vider la vielle des bagnoles. C’est de la non politique. En tout cas ce n’est pas l’intelligence ni l’imagination qui sont à l’origine de cette décision. Carignon aurait fait aussi bien en son temps.

Enfin il est naif de penser que le coefficient familial est un bouclier social réellement équitable. A combien estimez vous le nombre de familles éclatés vivant dans les zones payantes? Le nombre d’étudiant possédant une bagnole? Etc…
Enfin, si les garages sont vides, c’est peut être qu’ils sont trop chères?

Lire la suite >

Commentaire de JMB le 8 juin 2016 à 11 h 07 min

Ce qui est honteux, c’est d’avoir bradé l’espace public à 12 euros / mois pendant de si longues années !
Tous ces gens qui se plaignent me font vomir. L’espace public a un coût pour l’ensemble de la collectivité. Vous voulez l’utiliser, payez-le !!! 1 euro / jour pour ceux qui vont payer plein pot, ce n’est pas la mer à boire : il suffit de virer votre abonnement à canal+ ou autre ou bien de virer le forfait smartphone inutile de vos gamins en primaire ou encore prendre un fruit à la place d’un dessert lors de votre repas de midi. Vous voulez utiliser une voiture pour vos déplacements : c’est un choix personnel (non, s’il vous plaît, ne pas me faire le couplet, je peux pas faire autrement blablabla) : il faut en assurer toutes les contraintes et arrêter de se défausser lâchement sur les autres de ses propres contraintes et habitudes.

Lire la suite >

Commentaire de Changement de paradigme le 8 juin 2016 à 15 h 08 min

Et oui, notre société vous a enfermé dans un monde totalement voiture-dépendant qui n’entraîne quasiment que des effets négatifs pour notre société:

– pollution locale très importante
– source d’accidents graves en ville (bien loin devant les vélos ou cyclomoteurs)
– temps passé dans les transports / jour en augmentation
– accepter des boulots mal payés à 30 km de chez soi (oui c’est possible grâce à sa petite voiture personnelle… super)
– devoir faire et refaire un nombre incalculable de route (c’est de l’argent public, beaucoup de monde oublie d’en tenir compte dans leurs calculs de coût de leur voiture)
– …

Le fait que la voiture puisse être garée gratuitement sur l’espace public est une erreur qui date du siècle dernier.

Voilà, toute cette organisation de notre société a tout simplement un coût, et il est grand temps que tout le monde se le mette en tête.

Lire la suite >

Commentaire de Carole le 14 juin 2016 à 8 h 38 min

Bonjour

Je pose une simple question : ce genre de « lois » est-elle décidée par des comités paritaires !!! J’insiste, paritaires !!! J’ai vraiment l’impression que ce sont des hommes (de sexe masculin), qui décident de ce que devrait être l’espace public pour des hommes (de sexe masculin encore). Les autres composantes de la société n’existent pas à leurs yeux, alors qu’ils n’en représentent que la moitié !

C’est tout simplement innaceptable.

Sinon, comment expliquer que soient décidé la hausse du stationnement « pour donner la priorité à d’autres modes de déplacement », alors que ces modes ne sont accessibles qu’à une certaine catégorie de population, jeune, masculine et sans enfants ?
Comment fait-on dans ce cas quand on est une femme :
– et qu’on doit faire les courses pour la famille
– chercher les enfants à l’école, etc
– se déplacer et rentrer tard chez soi (je ne parle même pas des écoquartiers type caserne de bonne, mal éclairés)
– faire tourner son ménage en effectuant des démarches à droite à gauche, sous la pluie comme par beau temps

A Vélo ? A Pied ? En bus ?

Messieurs les élus, merci de laisser plus de place aux femmes, elles ont aussi leur mot à dire, et se voient mal cavaler à vélo toute la journée avec deux ou trois enfants à gérer. Je ne parle même pas du manque d’équipements pour les enfants et les bébés dans l’espace public : tables à langer, crèches, structures d’accueil… Ce n’est pas intéressant pour ces messieurs.L’écologie semble-t’il, est une affaire d’hommes !!!

Lire la suite >

Commentaire de JMB le 15 juin 2016 à 11 h 00 min

@Carole : il faudrait songer à changer de mari ou compagnon…

Je participe au ménage à la maison, je vais faire une partie des courses, j’amène mes enfants (jusqu’à trois !) à l’école, je m’occupe de la paperasserie à droite à gauche etc. Cela ne me cause pas de problème et ni ma virilité ni mon égo de mâle supposé dominant n’en souffrent : cela me semble normal et légitime.
Ce qu’il vous faut faire, c’est surtout éduquer votre mari/compagnon pour qu’il vous épaule dans une meilleure répartition des tâches ménagères.

Pour en revenir à votre commentaire, pourquoi les femmes ne pourraient pas utiliser le vélo, les transports en commun ou leurs pieds ? Ceci est un cliché que je trouve profondément choquant : il véhicule une vision particulièrement sexiste de la femme et me rappelle les 3 ‘K’ allemands : Kinder, Küche, Kirche (enfants, cuisine et église). Révoltez-vous non pas contre la société mais contre votre mari/compagnon !

Lire la suite >

Commentaire de Vincent Durris le 15 juin 2016 à 14 h 31 min

Je comprends la démarche visant à diminuer le nombre de voitures en ville mais je trouve le principe de l’écologie punitive discutable. Il y a certainement d’autres voies possibles. Pourrait on également savoir ce qui a changé entre le projet initial et la version votée ? j’espere que la mairie ne fait pas des reunions de « concertation » uniquement pour de l’habillage politique.

Lire la suite >

Commentaire de Claire le 17 juin 2016 à 16 h 58 min

Une concertation: 3 soirées d’une même semaine, seulement un mois avant la mise en place des nouveaux tarifs…Est-ce « faire de la politique autrement »?

Pourquoi ne pas attendre 2018 date à laquelle les parkings en ouvrage pourraient revenir en gestion municipale?

En janvier 2016 ADES écrivait: » La compétence «parkings en ouvrage » est depuis le 1er janvier 2015 exercée par la Métro. Les parkings en ouvrages sont ceux de la ville de Grenoble qui sont gérés en délégation de service public par des entreprises privées jusqu’au 1er juillet 2018. La Métro va devoir choisir prochainement le mode de gestion de ce service public industriel et commercial. Il n’y a aucune raison pour poursuivre ce mode de gestion en délégation de service public, au contraire. Il existe une solution simple de reprise en régie directe par une régie à autonomie financière aidée par une Société Publique Locale (SPL) qui s’occuperait de la gestion au jour le jour des parkings….Elle n’aurait pas besoin de faire de la marge puisqu’elle n’aura pas d’investissement à faire ; elle fera donc ses activités à prix coûtant… »

Avant de prendre une décision a-t-on évaluer les futurs tarifs pour les résidents qui ne veulent pas se séparer de leur véhicule, qui veulent bien libérer l’espace public mais qui n’ont pas les moyens de payer entre 63,50 et 80 euros par mois leur place de garage?

Lire la suite >

Commentaire de Un Grenoblois le 23 juin 2016 à 12 h 37 min

Il parait que Grenoble était une des « grandes ville les moins chères en place de stationnement »
Effectivement Nantes, Bordeaux étaient à 15€, Lyon à 30€
Du coup on passe le prix à 30€ pour les « riches »
Et on les punit au passage en interdisant le deuxième ticket ou en le mettant à 40€ (pas encore très clair mais en tout cas c’est fait pour être bien stigmatisant)
En contrepartie on fait quoi? On met gratuit les stationnement des véhicules hydrides rechargeables? Non
gratuit pour les véhicules électriques alors? Non plus
On aide alors davantage les prix des transports en commun? Non encore
On propose une prime à l’achat d’un vélo électrique? Toujours non
On baisse le prix des abonnements dans les « ouvrages »? Non payes tes 61€
Et pourquoi ne pas abandonner nos voitures alors?
Car les express sont saturés, il n’est pas rare d’en voir passer 2 ou 3 sans pouvoir monter dedans
Car les trajets en transport en commun où on empile 1 tram et 1 bus multiplie par 3 à 4 le temps de trajet voiture
Bref le genre de mesure qui donne vraiment envie d’aller ailleurs! Car certains dans la commune n’ont pas vraiment le choix de leur modes de déplacements pour concilier vie de famille et travail (genre pour ne pas se pointer à 9h30 au boulot et louper la récup’ des bambins le soir)

Lire la suite >

Gre-mag vous propose aussi

Les crises migratoires en BD

Bien vieillir chez soi

La campagne est ouverte