Découvertes

Accueil >Découvertes>Le pôle «Prévention et réduction des risques», acteur majeur de la sensibilisation

Milieu festif

Le pôle «Prévention et réduction des risques», acteur majeur de la sensibilisation

Le service «Promotion de la santé» participe à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique municipale de santé publique de la Ville de Grenoble. Alice Gagnant fait partie de ce service et notamment du pôle «Prévention et réduction des risques», dont elle est responsable. Un secteur particulièrement actif en milieu festif.

L’équipe Prévention et réduction des risques de la Ville de Grenoble en action sur le terrain, lors d’un événement musical de l’association HADRA, au parc des Berges de l’Isère. ©Jean-Sébastien Faure

Agir pour la santé, prévenir les risques et adopter les bons comportements, telle est l’ambition du pôle «Prévention et réduction des risques», né il y a quatre ans au sein du service «Promotion de la santé» de la Ville de Grenoble.

À cette époque, la «Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives» Mildeca a été soutenue par la Ville afin de développer des dispositifs sur les consommations et les conduites addictives. Cette dynamique a ainsi permis de lancer de nouvelles actions et créer ce pôle spécifique.

Tout au long de l’année, 27 missions différentes sont menées par ce service parmi lesquelles la sensibilisation des jeunes en lien avec le sport, l’accompagnement des publics en situation d’addiction et très vulnérables, le renforcement des compétences psychosociales des enfants et des parents, la formation des professionnel-les, ou encore la création d’outils de prévention et de sensibilisation.

Réduction des risques en milieu festif fermé

Au-delà de ces thématiques, l’activité principale du pôle est la prévention et la réduction des risques en milieu festif. En milieux festifs fermés, trois associations (Avenir santé, Keep smiling, Serein-e-s), en lien avec la Ville, interviennent lors de soirées à la Belle Électrique, à l’Ampérage ou encore au Drak-art, «afin de prévenir et réduire les risques autour des drogues, de l’alcool ou encore des risques routiers», explique Alice Gagnant, responsable du pôle.

Il y a une différence à faire entre prévention et réduction des risques. Notre mission est d’accompagner les personnes à faire les choix les plus éclairés possibles et si elles décident de consommer, limiter les abus.

Lors de ces événements, les associations tiennent des stands, font des maraudes, apportent des conseils produits, ou encore du matériel de réduction des risques.

L’alcool, enjeu de santé publique

En interne, le pôle dispose d’une équipe pluridisciplinaire, des personnes embauchées grâce à leur connaissance des produits psychoactifs, spécialisées en conseil et en orientation. Ces dernières proposent plusieurs fois par semaine des «aller-vers», en milieu festif public, dans les parcs, les rues, les terrasses et lors d’événements sur l’espace public afin de dialoguer et sensibiliser les riverains autour de ces questions.

L’objectif ? Réduire les risques liés aux psychoactifs, comme l’alcool, un enjeu de santé publique majeur.

Plus de 85,7 % des jeunes de 18 ans ont déjà expérimenté l’alcool. Il y a donc une prévention évidente à faire dès le plus jeune âge, et un renforcement des connaissances autour des méfaits de l’alcool.

La Ville s’est d’ailleurs engagée sur ce point à travers une vaste campagne d’information et de communication en janvier dernier, à l’occasion du «Dry January 2022», un défi qui invite la population à ne pas boire d’alcool durant un mois.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Deux bassins, deux ambiances : faites votre choix !

Mouvements de printemps

Cueilleuses de paroles