Nos interviews

Accueil >Découvertes >Nos interviews>Témoignage « Le confinement est l’occasion de réinventer beaucoup de choses »

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): #RestezChezVous : Grenoble confinée

Covid-19

Témoignage « Le confinement est l’occasion de réinventer beaucoup de choses »

Alexandra Wendel a 45 ans. Elle est co-gérante de la boutique de puériculture et de vêtements pour enfants, « Mon petit öko », située au 3, rue Diodore Rahoult. Dans le cadre de la crise sanitaire Covid-19, Alexandra organise la collecte de masques en tissu, en partenariat avec des magasins du centre-ville. Lundi 23 mars, 120 masques ont déjà été récupérés, à destination des soignants.

Alexandra Wendel et sa fille © Alexandra Wendel

Les Grenoblois-es sont confiné-e-s à leur domicile depuis maintenant neuf jours. Comment le vivez-vous ?
Plutôt bien. Je le vois de façon positive, dans le sens où je suis une militante écolo. Un peu de répit pour l’environnement et pour prendre le temps de réfléchir à que tout ce qui arrive n’est pas un hasard. Mais, bien sûr, c’est inquiétant.

À la base je suis infirmière, ma famille travaille dans le corps médical et est confrontée directement au problème. Il faut aussi gérer le confinement avec les enfants en appartement. Pour l’heure, on fait des jogging dans la cage d’escalier !

Vous avez mis en place deux points de collecte de masques en tissus, dans des magasins alimentaires. Comment cette idée est venue ?
J’ai en fait lancé un appel à fabrication, qui a été relayé par zero waste Grenoble.
Le café et atelier de couture « Le Thé à coudre » a lancé aussi un appel, en précisant qu’ils ne récupéraient pas les masques. J’ai donc décidé de mettre en place les points de collecte, en faisant appel au réseau grenoblois.

La Biocoop de Champollion a tout de suite accepté d’être un point de collecte, dès mardi 17 mars. Les Grenoblois-es peuvent venir les y déposer, et c’est moi qui gère leur répartition. La boutique en vrac « La Bonne pioche » a été d’accord aussi, depuis vendredi 20 mars, elle est un second point de collecte, et gère elle-même la redistribution.

Et pour trouver du tissu, comment faire alors que les magasins sont fermés ?
En effet, de nombreuses personnes nous contactent pour nous dire qu’ils veulent participer mais n’ont pas le matériel nécessaire. J’ai donc organisé une troisième collecte dédiée aux matières premières : tissus polaire fine en polyester, jersey de coton, ou autre chute de coton et élastiques.

Il est possible de les déposer ou de venir en récupérer dans un carton devant l’entrée de la boutique « Bio C’bon », 17-19 Grande rue, uniquement pour confectionner des masques pour les soignants.

Pour qui ces masques en tissu sont destinés ?
Nous les priorisons pour les soignants, même si évidemment, ils ne doivent pas être des masques de premier recours pour eux. Aussi, les masques en tissu ne sont pas destinés pour les services infectieux ou de réanimation. Mais avec la pénurie de masques chirurgicaux, les soignants nous disent que c’est mieux que rien, et ils connaissent les règles pour les utiliser et les changer régulièrement.

Quelles sont les précautions sanitaires pour fabriquer un masque en tissu, dans le cadre de cette crise sanitaire Covid-19 ?
Le lavage du tissu à 60° est important, surtout si on a récupéré le tissu au point de collecte à Bio C’Bon. Aussi, il est important que ceux qui récupèrent les masques, les lavent à 60° avant de les utiliser.

Pour la fabrication, il est nécessaire de respecter trois épaisseurs : deux épaisseurs en coton, et une épaisseur en matière synthétique au milieu, en rembourrage du masque. Cela a un effet barrière, car le coton absorbe la salive ou l’humidité. Egalement, il est important de tester sur soi le masque pour vérifier qu’il tient bien : cela évitera au soignant de mettre ses mains dessus pour le réajuster, ce qui est contreproductif.

Pourquoi est-ce important pour vous de s’entraider en cette période ?
C’est important tout le temps… On voit que les gens sont prêts et c’est le moment pour une vraie solidarité. Il faut mobiliser les couturières et tout ceux qui auraient des stocks de matériel. Cette solidarité coule aussi de source pour nous qui sommes dans une démarche zéro déchet depuis de nombreuses années avec notre entreprise et à la maison.

Organiser une collecte de tissus et mobiliser des gens pour fabriquer des masques qui se lavent, ça nous semble assez cohérent avec le mode de vie que l’on tente de promouvoir depuis 14 ans à Grenoble. Ce moment de confinement est l’occasion de réinventer beaucoup de choses.

Je lisais sur les tableaux d’affichage des trams « Prenez soin de vous. Bon courage. Merci aux soignants ». Je crois que c’est cela qu’on attend au fond, un peu plus d’humanité dans notre vie quotidienne.

informationRenseignements divers
Les adresses des points de collecte de masques en tissu :
– Biocoop Champollion, 8 boulevard Agutte Sembat (pris en charge par Mon petit öko)
– La Bonne Pioche, 2 rue Condillac
– Pharmacie Championnet, 8 place Championnet.
– Pharmacie Alsace-Lorraine, 15 cours Jean Jaurès.
– Herboristerie Au temps des fées, 12 rue Thiers.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Témoignage : « Certaines situations sont compliquées. J’ai voulu réagir. »

Témoignage : « C’est important de ne pas agir que pour soi-même »

Témoignage : « Être solidaire avec les moins favorisés »