Tous nos dossiers

Accueil >Dossiers >Tous nos dossiers>Mode in Grenoble : à vos marques, prêt-à-porter !

économie

Mode in Grenoble : à vos marques, prêt-à-porter !

Eska, Belledonne, Petit Shirt, Desmerveilleuses… Ces noms évocateurs sont ceux de marques de vêtements ou de chaussures récentes, ayant émergé à Grenoble. Si chacune développe sa propre identité, ces marques ont toutes un point commun : favoriser le commerce et la création locale, avec souvent la touche environnementale en plus. Fortement impacté par la délocalisation, le textile déroule à Grenoble sa dynamique propre, exhumant des valeurs et un savoir-faire longtemps oubliés.

La Noix

Petit Shirt, grand style !

Petit Shirt, c’est le nom de l’atelier de personnalisation textile, fondé par Margo Billon.

Margot, créatrice de la marque La Noix.

 ©Auriane Poillet

Cette jeune graphiste de formation s’est lancée il y a 3 ans dans la création de son entreprise et de sa boutique en ville :

 J’avais vu ce concept à Paris, et l’idée m’a tout de suite plu. Chacun peut personnaliser ses vêtements, en imprimant un dessin de son choix, ou dessiné par notre service de création visuelle.

Derrière le comptoir de l’atelier, deux machines d’impression numérique sont, symboliquement, comme les moteurs du projet. Suspendus dans toute la boutique, les tee-shirts, sweats, sacs et autres vêtements « neutres » n’attendent plus qu’une touche de personnalisation.

Question matière première, Petit Shirt se fournit majoritairement chez une marque belge Stanley/Stella, qui produit des vêtements en coton écologique et biologique.

En septembre  2018, Petit Shirt a créé la ligne de vêtements La Noix. Ses imprimés mettent en valeur avec humour et poésie l’identité de la région grenobloise. Les artistes et tatoueurs peuvent aussi s’exprimer sur les vêtements, avec la « Petit Shirt galery ».

informationRenseignements divers
5, rue Lakanal
courrielwww.petit-shirt.fr
courriel

Escalade

Eska, la marque qui grimpe

Pour la petite histoire, c’est parce que les organisateurs du championnat du monde d’escalade lui ont demandé d’exposer ses vêtements à Chamonix… qu’elle a lancé sa ligne de vêtements d’escalade !

Hélène Debruères, créatrice de la marque ESKA. ©Auriane Poillet

À l’époque, Hélène Debruères a 20 ans. Elle est une fervente pratiquante de ce sport. Bac couture en poche, elle commence à créer des habits techniques pour son entourage et elle-même.

Suite à cet appel haut-savoyard, elle met tout en œuvre pour créer sa marque et une première collection en trois mois. « J’étais assez naïve pour me lancer ! », s’amuse-t-elle.

Huit ans plus tard, Hélène a sa boutique dans le quartier Championnet. Elle vend ses vêtements « typés grimpe » hommes-femmes, alliant style, confort et résistance.

Au fil des années, les collections évoluent dans un univers plus urbain. Elle explique :

Je fais moins d’escalade, mais je continue d’avoir envie de porter les vêtements que je crée. Ma clientèle grandit aussi avec moi, je suis à son écoute de ses nouvelles envies.

Les deux collections annuelles sont produites en série limitée. La couturière s’attèle à exercer son activité avec une éthique certaine :

«  J’ai voulu faire de l’artisanat pour ne pas faire fabriquer ailleurs. S’il est difficile aujourd’hui de s’assurer de la traçabilité du coton, j’essaie de faire de mon mieux, en me fournissant avec du tissu biologique. »

informationRenseignements divers
7, rue du Lieutenant Chanron
courrielwww.eska-vetements.fr
courriel

Desmerveilleuses 

Le body fait sa mode

Professionnellement, Christelle Surdon voulait créer son propre « bébé ». C’est chose faite puisqu’elle vient lancer Desmerveilleuses, une marque de bodys pour bébés de 0 mois à 2 ans.

Christelle Surdon, créatrice de vêtement bio pour bébé. ©Auriane Poillet

«  Je voulais faire du body une pièce de mode, biologique et qui dure dans le temps  », raconte-t-elle.

Dans ce projet nouvellement né, le respect de la peau des tout petits est central : le coton est confortable, résistant et certifié biologique GOTS (Global organic textile standard). Les matières synthétiques ainsi que les étiquettes sont proscrites.

Sa chaîne de production est à l’affût de l’artisanat français :

 Le textile a toujours été une de mes passions, et, dans mon quotidien, je consomme local. Or, le textile est de plus en plus délocalisé, alors qu’avant les années 1970, la France était pionnière dans ce domaine… Desmerveilleuses répond à ces deux aspects : c’est un projet lourd de sens pour moi .

La créatrice imagine et dessine le petit vêtement, qu’elle confie ensuite à un atelier de couture lyonnais. Les dessins sont réalisés par la graphiste Pataflo, puis imprimés par l’atelier d’impression textile grenoblois Petit Shirt.

«  Il y a le côté chaleureux aussi, de faire travailler les commerçants et les petites entreprises  », apprécie-t-elle. Pour sa première collection, la jeune femme de 25 ans a été inspirée par un thème « bohème-floral ».

La boutique est actuellement en ligne, mais l’entrepreneuse souhaite, à terme, se développer à l’occasion de boutiques éphémères avec d’autres créateurs.

informationRenseignements divers
courriel
Facebook et Instagram : desmerveilleuses

Sneakers

Belledonne lâche sa basket

L’histoire de la basket Belledonne, c’est l’histoire d’Antonin, Luc et Mikaël, trois copains passionnés de mode, soucieux de la qualité et l’éthique de fabrication.

Antonin, Luc et Mickaël sont les créateurs des baskets Belledonne. ©Belledonne

Niveau vêtements, ils trouvaient facilement chaussures à leur pied. Côté souliers, en revanche, la tâche s’avérait plus compliquée. D’où l’invention de leurs propres chaussures. Antonin remarque :

Nous souhaitons proposer des produits européens, durables, avec une qualité haut de gamme. En Europe, il y a des savoir-faire de qualité, dans des conditions décentes de travail. Nous adhérons à une vision du monde où nos actes ont un impact positif, et les consommateurs sont de plus en plus pour mûrs pour cela.

Les sneakers sont fabriquées au Portugal et vendues sans intermédiaire depuis Paris. Elles se veulent « épurées, décontractées, modernes et citadines ». Point de vente exclusif, le site internet de la marque met en avant la transparence du produit, pour « montrer ou va l’argent du client, et la valeur du travail effectué à chaque étape de fabrication ».

Les trois entrepreneurs ne vivent plus à Grenoble, mais la marque Belledonne est un clin d’œil à leurs origines : « On est des enfants de Belledonne, c’est l’endroit qui nous a vus grandir. On y a vécu 23 ans et on y est attachés ».

informationRenseignements divers
courrielwww.belledonne.co
courriel

Les commentaires (2)

Commentaire de Abd El kader Lahouarie le 11 septembre 2019 à 6 h 07 min

Belle initiative.. Bravo. Quel sont vos prix. Svp. Merci

Lire la suite >

Commentaire de Eric Maydew le 5 octobre 2019 à 8 h 17 min

Pour info, nous avons lancé une marque de tong en cuir 100% fabriquées par nous même dans notre atelier à coté de Grenoble.
Serait-il possible d’être cité dans votre rubrique ?
Eric.
http://www.couleurtong.fr

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag
vous propose

Se sentir bien dans sa ville