Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Coiffeur de rue

Hasni Bekheira

Coiffeur de rue

Tout a commencé à Teisseire en 1992 alors que le jeune Hasni Bekheira reçoit sa première tondeuse électrique.

©Auriane Poillet

« J’ai tout de suite coiffé un ami. C’était ma première coiffure et je ne me suis plus jamais arrêté », raconte-t-il.

Depuis, l’homme, âgé aujourd’hui de quarante ans, coupe gratuitement les cheveux des plus démunis. Après trois ans de congé parental, le coiffeur de rue décide d’intégrer les maraudes de l’association Aidons-les 38, aujourd’hui disparue. Hasni Bekheira, animateur de métier, indique :

 Quand j’ai intégré l’équipe, j’avais le projet d’apporter plus que des boissons chaudes et du textile.  J’ai commencé à tisser un lien avec ce public qui a accepté que j’entre dans son intimité. Ces gens-là ont pu se confier. C’est dur pour moi d’entendre et de voir des choses tout en sachant que je n’ai pas assez de pouvoir et de liberté pour les aider, socialement et administrativement.

Le coiffeur bénévole coiffe les gens dans les rues de Grenoble, à l’association Point d’eau, au Fournil, à la Fraternité Teisseire, à l’unité de soins palliatifs LAM (Lits d’Accueil Médicalisé) du CCAS et lors de ses voyages à Istanbul, en Allemagne ou à Palerme.

«C’est un mix de toute ma vie, une expérience que je ne lâcherai pas. Ça va dans le sens du vivre-ensemble et ça n’a pas de prix.»

informationRenseignements divers
Instagram : @street_coiff

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Papesse du lien

Rap aux ondes apaisantes

Prendre de la hauteur pour mieux comprendre la terre