Actus de la ville

Accueil >Actualités >Actus de la ville>Superflux : protections périodiques bio en libre accès

Ce contenu fait partie du/des dossier(s): Budget participatif : portraits de projets

Budget participatif 2020

Superflux : protections périodiques bio en libre accès

Cinq distributeurs de protections périodiques bio et gratuites ont été installés à Grenoble dans le cadre du projet Superflux porté au Budget participatif 2020.

Estelle Grandjacques et Wilhelmine Klug, les 2 porteuses de projet et Leïdja Prevost de la MJC Anatole France. ©Auriane Poillet

Wilhelmine Klug et Estelle Grandjacques ont porté le projet Superflux au Budget participatif en 2020. Celui-ci prévoit l’installation de distributeurs de protections périodiques gratuites et écologiques dans toute la ville ainsi que des ateliers décomplexés pour parler des menstruations.

Les porteuses de projet expliquent :

Le but est de rendre accessibles des protections saines pour la santé à toutes les personnes qui en ont besoin. Ce projet fait la promotion de la santé et de l’écologie. La précarité menstruelle en fait aussi partie bien sûr mais on ne voulait pas que ce soit stigmatisé.

Au total, cinq exemplaires ont été installés. On les trouve à la Belle électrique, dans les Maisons des Habitant-es Abbaye et Chorier-Berriat, à la Mission locale ainsi qu’à la MJC Anatole France. Dans ce dernier endroit, le distributeur a été installé en libre accès dans les sanitaires.

«Ce projet est quelque chose qui nous paraît évident dans notre structure», raconte Leïdja Prevost, responsable du secteur adolescent de la MJC du quartier Mistral. «C’est un sujet qui concerne tout le monde. C’est un vrai projet citoyen.»

Citoyen, solidaire et écologique

Le prestataire qui a réalisé le distributeur a fourni un premier lot de protections bio en vrac. Ensuite, ils seront remplis par les deux porteuses de projet qui ont imaginé un système d’autofinancement : elles récoltent des cartouches d’encre usagées et leur revente permet d’acheter de nouvelles protections. Des points de collectes sont également mis en place pour permettre aux habitant-es de faire des dons.

Dans le cadre du projet Superflux, Estelle Grandjacques et Wilhelmine prévoient d’organiser bénévolement des ateliers décomplexés pour tou-tes autour des menstruations :

Plein de filles se posent des questions sur les menstruations mais ça reste parfois un tabou. Les raisons de l’absentéisme par exemple vont parfois plus loin que l’argent que l’on dépense pour les protections. Il y aura des thématiques qui s’adaptent à l’âge du public présent. On reste généraliste car on ne se substitue pas aux professionnels mais on peut réorienter des personnes qui en auraient besoin.

informationRenseignements divers
Pour se tenir au courant du projet :
courrielhttps://www.instagram.com/superfluxgrenoble/?hl=fr

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Un nouvel ancrage pour Cap Berriat

Quand et comment s’inscrire sur les listes électorales ?

La Caravane des Droits Jeunesse s’élance !