Découvertes

Accueil >Découvertes>TMG : trois lieux pour un projet commun

spectacle vivant

TMG : trois lieux pour un projet commun

Soutien aux artistes grenoblois, initiatives pour encourager la venue de tous les publics, sans oublier une programmation construite dans un véritable esprit d’ouverture et de proximité… Le Théâtre Municipal de Grenoble (TMG) entame une nouvelle saison qui fait la part belle à la rencontre et à la découverte !

Trois espaces de soutien à la création locale dans un esprit de partage d’émotions et de proximité. ©Mathilde Andrusin

Le TMG regroupe le Grand Théâtre de la rue Hector-Berlioz, le Théâtre 145 et le Théâtre de Poche. Ces équipements municipaux fonctionnent selon une logique de «trois en un» avec une programmation commune qui s’articule en fonction des atouts et spécificités de chacun, chaque spectacle étant accueilli dans le lieu le plus adapté.

Ces trois salles s’inscrivent aussi dans une même logique de soutien à la création locale, qui se traduit au quotidien par des actions de médiation nombreuses et diversifiées.

Pascale, François, Nicolas et les autres…

Pour la saison 2020-2021, le TMG s’appuie sur trois artistes associés qui investissent les lieux pour des résidences, des créations, des accueils d’autres compagnies et tout un florilège de rendez-vous avec le public, sous le signe de la proximité : temps d’échanges, répétitions publiques, master class, ateliers…

La metteuse en scène Pascale Henry s’installe un mois au Théâtre 145 avec un projet résolument pluridisciplinaire qui associe un photographe, des musiciens, de l’impro…

Le chorégraphe Nicolas Hubert propose pas moins de trois spectacles durant la saison. Pour l’une de ses créations, il invite la chorégraphe Camille Perrin et la plasticienne Sandra Wieser : à cette occasion, une expo sera visible dans le hall du Théâtre 145.

Troisième artiste associé, le chorégraphe François Veyrunes bénéficie aussi de temps de résidence et de création. Il présente En Outrenoir, imaginé avec la complicité de Christel Brink Przygodda, et organise des ateliers mensuels grand public, «Que peut le corps ?».

De gauche à droite : François Veyrunes, Pascale Henry et Nicolas Hubert. ©Mathilde Andrusin

De plus, sept spectacles «made in Grenoble» naîtront dans l’un des trois équipements à l’issue de résidences d’artistes locaux. Par exemple, la toute première création de la danseuse Francesca Zaviani, un solo de Grégory Faive, Le Discours, d’après Fabrice Caro, Fffff, un spectacle de danse jeune public par Giulia Arduca ou encore Plongée au Noir de Catherine Contour : un parcours sensible et inattendu dans le Grand Théâtre…

De nombreuses compagnies grenobloises sont aussi programmées. La Relève ouvre la saison avec une sortie de création autour de son projet Le Chant des autres, Tristan Dubois reprend sa pièce Un Fleuve au-dessus de la tête, le chorégraphe Bouba Landrille Tchouda présente son nouveau spectacle Miracles et la compagnie Les Gentils joue Et maintenant que les présentations sont fête

Un théâtre pour tou-tes

Le TMG réaffirme sa volonté de s’adresser à tous les publics, notamment les plus jeunes, à travers six spectacles pour toutes les tranches d’âge.

Parmi les belles propositions à l’affiche : La Migration de canards d’Émilie Le Roux sur le thème de la transmission familiale et de l’identité (à partir de 12 ans) ou Et Si l’océan par la Fabrique des Petites Utopies, un texte engagé et poétique sur la pollution des océans (dès 6 ans).

L’accent est également mis sur les écritures contemporaines avec Gens du pays, un texte de Marc-Antoine Cyr mis en scène par Sylvie Jobert, ou des poèmes de Christophe Tarkos montés par la compagnie L’Embarquée.

La migration des canards d’Emilie Le Roux. ©Jessica Calvo

Et en mars, on découvrira Le Grand Brasier, une commande d’écriture autour des sorcières contemporaines passée à plusieurs autrices parmi lesquelles Marion Aubert, Chloé Delaume… pour une grande lecture orchestrée par Pascale Henry.

Avec de nombreux partenariats toute l’année (le FITA, les Arts du Récit, le Créarc, le festival Regards croisés, le Printemps du livre…), le TMG s’affiche comme un lieu ouvert à tous les styles et toutes les disciplines, où chacun-e peut trouver l’émotion du partage et de la découverte.

informationRenseignements divers
courrielOuverture de la billetterie le 1er septembre. 
courrielhttp://www.grenoble.fr/theatre-municipal-de-grenoble
téléphone 04 76 44 03 44

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

A la recherche de la mystérieuse panthère des neiges