Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Yolande Taleux : «Petites mains» solidaires

témoignage

Yolande Taleux : «Petites mains» solidaires

C’est en 2001 que Yolande Taleux passe pour la première fois la porte de l’atelier de couture du théâtre municipal de Grenoble, après avoir travaillé à la MC2, ou auprès de la couturière du chorégraphe Jean-Claude Galotta.

©Sylvain Frappat

Aujourd’hui, en tant que cheffe de cet atelier, elle crée des costumes, pièces uniques sur mesure, pour des spectacles de compagnies de théâtre.

Au printemps, lors du confinement, elle a produit des masques en tissu en série à destination des agent-es de la Ville, pour les protéger contre la Covid-19. L’atelier couture s’est alors invité à son domicile…

Avec des bénévoles, la costumière a élaboré son protocole et sa gamme de montage pour confectionner des masques le plus efficacement possible, avec «ses moyens artisanaux et toute sa bonne volonté».

Une fois rodée, cette chaîne de fabrication était capable de fournir une centaine de masques par semaine. Elle raconte:

Pour moi, c’était très important d’aider ainsi. Cela a permis de valoriser notre atelier et ce métier: la couture est utile et les couturières peuvent fournir un travail de qualité, avec réactivité et polyvalence. De nombreux bénévoles nous ont aidés; il faut les remercier.

À l’occasion du deuxième confinement, l’atelier couture s’est concentré sur son coeur de métier.

Avec Justine Pitarch, nouvelle couturière du lieu depuis septembre dernier, l’heure est à la confection de coussins en grande quantité, à découvrir lors du prochain spectacle de la compagnie Ke Kosa.

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Selma Chenkhloufi : «Le nombre d’appels a explosé»

Coline Picaud : «Voir les gens s’émanciper dans une langue»

Alina Palcau ne perd pas le nord