Tous nos dossiers

Accueil >Dossiers >Tous nos dossiers>La vibrante envolée du vélo à Grenoble

décrypter

La vibrante envolée du vélo à Grenoble

Bon pour la santé, bon pour la qualité de l’air, le vélo poursuit son essor en cette période de déconfinement. Le vélo tisse une relation nouvelle entre l’usager et l’espace urbain et convertit chaque mois de nouveaux adeptes. Ville la plus plate de France, peu étendue et plutôt concentrée, Grenoble se prête particulièrement bien à l’usage du vélo. Mais ces atouts naturels ne suffisent pas à expliquer un tel succès. Les aménagements réalisés et les services mis en place ces dernières années ont participé au couronnement de la petite reine. Avec des chiffres parlants : la part des déplacements à vélo a augmenté de 64 % entre le 1er  janvier 2008 et le 31  décembre 2019. Sur les boulevards Agutte-Sembat-Édouard Rey récemment réaménagés, plus de 420 vélos supplémentaires sont dénombrés par tranche horaire. De nouvelles initiatives sont régulièrement mises en place pour encourager et faciliter la pratique, proposées par des associations, des entreprises et les collectivités. Alors, prêt-es à enfourcher le biclou ?

décrypter

La "petite reine" grenobloise

Se déplacer à vélo dans Grenoble est à la fois pratique, facile, fiable, agréable et peu coûteux.

Ce constat est partagé par tous les adeptes de la « petite reine », comme le confirment les résultats de la seconde édition du baromètre des villes cyclables réalisé par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB).

©Alain Fischer

Cet indicateur de référence, publié en février dernier, place comme il y a deux ans Grenoble sur la plus haute marche du podium dans la catégorie des communes de 100 000  à 200 000 habitant-es.

Elle est aussi la ville qui enregistre la plus forte progression, avec une note moyenne de 4,12 sur 6, parmi les localités de plus de 20 000 âmes.

Chronovélo fait ses preuves

Depuis 2015, à Grenoble, le nombre de cyclistes sur certains axes a été multiplié par six. Aujourd’hui, plus de 15 % des trajets domicile/travail se font à vélo.

Au-delà des chiffres, c’est une reconquête douce de l’espace urbain qui est en marche. Avec à la clé une véritable prise de conscience : il est maintenant possible de se déplacer autrement, aussi rapidement qu’en voiture, tout en préservant son environnement et sa santé.

Ce changement de pratique est aussi favorisé par de nombreuses initiatives et des aménagements réguliers. Axe structurant de cette démarche transversale, le projet Chronovélo lancé en 2017 assure la liaison entre les différentes communes de la métropole le long de ses 44 kilomètres, dans un réseau de plus de 300 kilomètres de pistes cyclables balisées.

©Auriane Poillet

Objectif : attirer de nouveaux utilisateurs pour tripler la part du vélo dans les déplacements et aboutir à un meilleur partage de l’espace public tous modes confondus.

Ce chantier s’appuie sur une identité visuelle très marquée avec des aménagements permettant de pédaler en toute sécurité : des pistes larges séparées de la chaussée et du trottoir pour doubler en toute tranquillité et prévenir les conflits et les accidents.

À terme, une cinquantaine d’aires de service seront aussi réparties sur Chronovélo. Elles offriront aux cyclistes une cartographie du quartier, un plan global du réseau, une pompe à vélo, un point de rencontre et un espace de repos. De quoi séduire les derniers récalcitrants qui considéraient encore la pratique du vélo fastidieuse.

Les travaux se poursuivent cet été avec la finalisation des axes reliant Grenoble à Meylan et à Échirolles.

Tempovélo entre en piste

S’y ajoute aujourd’hui la création de pistes cyclables provisoires Tempovélo. Imaginé pour fluidifier les déplacements durant le déconfinement et reporter près de 100 000 usagers de la voiture et des transports publics vers le vélo, ce dispositif veut aussi faciliter la distanciation physique et sécuriser l’usage de la bicyclette.

Ces 18 kilomètres sont progressivement déployés sur toute l’agglo. Constituées d’aménagements très légers, ces voies sont aussi utilisables par les véhicules d’urgence et de secours. La Métropole et les communes d’Échirolles, Fontaine, Grenoble, Meylan, Saint-Martin-d’Hères, Saint-Martin-le-Vinoux et Seyssinet-Pariset sont d’ores et déjà engagées dans la démarche.

Toutes ces voies emprunteront, sur une large partie de leur tracé, les axes des lignes de transport du tramway et des Chrono bus. Après un suivi attentif de leur bon usage, un bilan de ces pistes transitoires sera réalisé à la rentrée 2020.

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.grenoblealpesmetropole.fr/416-chronovelo.htm

ADTC - Se déplacer autrement

Se remettre en selle

Économique, pratique, bon pour la santé : les avantages du vélo sont nombreux et poussent de plus en plus de Grenoblois-es à se mettre ou se remettre en selle. Mais cette bonne volonté se heurte parfois à quelques blocages… jamais insurmontables !

©Alain Fischer

Vous n’avez jamais fait de vélo, ou très peu ? Vous savez faire du vélo, mais n’osez pas en faire sur la voie publique ?

Vous aimeriez refaire du vélo, mais vous vous sentez un peu « rouillé-e » parce que ça fait trop longtemps que vous n’avez pas pédalé ?

Vous n’avez jamais appris, mais rêvez d’accompagner vos enfants sur deux roues ou aller faire vos courses seul-e à vélo ?

Ces réticences à la reprise de la bicyclette sont tout à fait justifiées. Il faut bien reconnaître que cette pratique, spécialement en ville, demande un apprentissage pour évoluer en toute sécurité. Pour surmonter ces difficultés, il existe à Grenoble des « vélo-écoles ».

Deux formules sont généralement proposées. Elles s’adressent soit à des personnes qui n’ont jamais fait (ou seulement très peu) de vélo, soit à celles qui souhaitent conforter leur pratique en ville.

Au programme de ces formations : bien contrôler un vélo, les bonnes pratiques et les équipements du cycliste, la découverte des aménagements, le rappel du Code de la route spécifique à la pratique du vélo, reprendre confiance et les règles pour circuler en toute sécurité.

Où se former ?

L’ADTC – Se déplacer autrement organise pour les particuliers (1 à 3 personnes) quatre cycles de formation par an. Il faut compter 80  euros pour les « Premiers coups de pédale » et 60 pour une « Remise en selle ».

L’association propose aussi des cours collectifs pour les structures communautaires (Maisons des Habitant-es…) et les entreprises (dans le cadre de l’aide au développement de leur plan de mobilité).

Des sessions gratuites sont aussi régulièrement proposées en partenariat avec Métrovélo. Le programme est disponible sur metrovelo.fr.

Quel que soit votre choix, vous pouvez bénéficier de l’aide gouvernementale pour vous remettre en selle. Le dispositif Coup de Pouce vélo prévoit notamment un programme de reprise en main du vélo, avec apprentissage de la circulation en ville, choix d’un itinéraire adapté, entretien du vélo…

Pour cela, il vous suffit de prendre contact avec l’une des vélos-écoles ou moniteurs référencés près de chez vous. Les séances sont effectuées individuellement ou en groupe de 2 à 3 personnes.

informationRenseignements divers
La remise en selle est gratuite sauf si la structure qui vous accompagne est assujettie à la TVA (6 à 13,50 € selon le nombre de participants).
courrielhttp://www.adtc-grenoble.org
courriel
Liste des organismes locaux référencés et modalités d’inscription :
courrielhttp://www.coupdepoucevelo.fr

Louer son biclou

Métrovélo : pratique, économique et flexible

À l’heure actuelle, le coût moyen d’achat d’une bicyclette varie entre 330  euros pour un VTC de base et 1 564  euros pour un vélo avec assistance électrique* (selon Statista 2020).

©Renaud Chaignet

Pour une pratique urbaine ou périurbaine, une utilisation sur des trajets domicile-travail, la location s’avère alors un choix judicieux. Une option d’autant plus pertinente qu’à Grenoble, nous avons la chance d’avoir à disposition l’un des premiers parcs publics de location de vélo en France : Métrovélo.

9 000 bicyclettes

Métrovélo propose une gamme de plus de 9 000 bicyclettes, confortables, performantes et très économiques. Il est possible de louer un vélo pour une période pouvant aller d’un jour à une année. Des durées renouvelables suivant le modèle choisi. De plus, avec Métrovélo, vous avez un vélo toujours entretenu disposant de tous les équipements de sécurité nécessaires.

Une dizaine de modèles sont disponibles : du vélo classique à la bicyclette avec assistance électrique en passant par des tandems, des vélos-cargos, pliants ou pour enfants…

À titre d’exemple et selon votre quotient familial, la location d’un vélo classique coûte, pour l’année (entretien compris) entre 48  euros (QF inférieur ou égal à 702  euros) et 132  euros (plein tarif). Un investissement qui peut être pris en charge à 50 % par votre employeur.

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.metrovelo.fr

Métrovélo : l’échappée belle

Le service de location Métrovélo innove encore en déployant ses agences mobiles dans les communes de la Métropole et du Grésivaudan. L’une de ces agences sera désormais très présente dans les quartiers de La Villeneuve et du Village Olympique.

Locations & réparations

Ces agences (camions, remorques et trucks restylés) s’installent quelques heures ou quelques jours à travers toute l’agglomération et vous accueillent pour des locations de vélo et des petites réparations.

Et depuis le 20  mai, le service Métrovélo est entièrement digitalisé. Il est maintenant possible de prendre un abonnement ou de réserver une place en consigne sécurisée via le site metrovelo.fr. On récupère ensuite le vélo en agence ou dans un espace prévu à cet effet.

EBike Lite

Dopez votre ancien vélo à l’électrique !

Transformer son biclou à vélo électrique haut de gamme à prix ultra-compétitif, c’est possible grâce à la start-up grenobloise EBike Lite.

©Gboost

À l’origine du projet, Dominique Houzet, professeur à l’Université de Grenoble-Alpes et Guenther Hirn, ancien salarié d’HP. Leur constat : de nombreuses personnes souhaitent passer à l’électrique, mais hésitent se séparer de leur ancien vélo.

Ils ont donc conçu un kit qui s’adapte en quelques minutes, sans compétences particulières ni outils spéciaux à la plupart des vélos traditionnels. Le bloc-moteur, à peine visible sous le pédalier, pèse seulement 950 grammes.

500 kits vendus

Il peut être complètement débrayé pour continuer à utiliser son vélo comme une bicyclette normale, sans le handicap du poids des VAE. Et tout cela pour un prix deux fois moins élevé que les vélos équivalents vendus dans le commerce.

En 2019, EBike Lite a commercialisé 500 kits en France et en Allemagne. La société propose cette année un nouveau modèle encore plus performant avec une puissance doublée sur les passages en côtes.

Pour Dominique Houzet, le marché est en pleine évolution :

 Aujourd’hui, les profils de nos clients sont majoritairement des personnes de plus de 50 ans qui cherchent une solution simple, performante et compétitive pour électrifier leur vélo. Depuis quelques semaines, nous avons aussi des demandes de la part de travailleurs souhaitant se rendre à leur bureau à vélo sans se fatiguer .

Pour un kit entier, compter entre 899 et 1 299 € en fonction de la puissance du moteur. Il est éligible aux aides locales qui couvrent les kits d’électrification.

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.gboost.bike/fr/

Vélos et trottinettes

Les règles de bonne conduite

Dans un réseau cyclable en cours de déploiement à l’échelle de la ville et de la métropole, se déplacer à vélo, trottinette électrique et autres EDPM obéit à des règles strictes. Petit rappel du Code de la route à vélo pour un partage harmonieux et sécurisé des espaces publics.

Vos commentaires

Commentaire de GEZ le 8 juillet 2020 à 8 h 42 min

Bel article, belle politique, beaux résultats … bravo.

Lire la suite >

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Un mois pour se sentir mieux dans son assiette