Tous nos dossiers

Accueil >Dossiers >Tous nos dossiers>Les Grenoblois-es ont de la ressource

recyclage

Les Grenoblois-es ont de la ressource

Récupérer, recycler, transformer, valoriser… ces actions ont pour but de donner une seconde vie à toutes sortes d’objets, afin d’éviter le gaspillage et l’accumulation de déchets aux quatre coins de la planète. Tous les matériaux, ou presque, sont concernés : textiles, nourriture, meubles et objets… Les Grenoblois-es s’y mettent avec intérêt, rivalisant d’imagination et d’inventivité pour transformer le quotidien et recréer de la valeur !

Prints of Grenoble

L’artisanat zéro déchet

Il y a trois ans, la suédoise Jeanette Thyrsson est arrivée à Grenoble après un long séjour en Angleterre. L’artiste militante, enseignante humaniste et fondatrice d’un jardin communautaire anglais, a souhaité créer ici sa propre marque d’emballages zéro déchet et de décoration, à base de tissus recyclés : Prints of Grenoble.

©Auriane Poillet

Les tissus, récupérés à Grenoble dans des structures solidaires, sont décorés par linogravure, une technique qui consiste à imprimer des motifs à la manière d’un tampon. Les motifs choisis sont tous inspirés par les portes d’entrée art-déco grenobloises.

On trouve des sacs à mouchoirs réutilisables, des sacs à pain ou encore des emballages en cire d’abeille. Ce dernier objet, qui remplace le film alimentaire, « permet d’emballer le fromage, un sandwich ou couvrir un bol. Il se lave simplement à l’eau froide et dure environ un an. Ensuite, je propose de le cirer à nouveau gratuitement. »

Côté déco, on découvre des housses de coussin, des trousses ou des serviettes de table. « Lorsqu’il s’agit de produits artistiques faits main, je pense qu’on a tendance à les garder plus longtemps chez soi », indique Jeanette.

Différents choix pour une vie en recyclé voire en zéro déchet !

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.printsofgrenoble.com
Instagram : @PrintsOfGrenoble

NoK

Des skateboards à la noix !

« Le local, c’est le bon sens ! » Tel est le credo d’Adrien et Vincent, avec la NoK Factory, l’entreprise qu’ils ont créée en 2018.

30 % des ventes de NoK sont reversés à des associations de protection de la montagne. ©Auriane Poillet

NoK fabrique des skateboards à partir de planches de snowboard cassées ou non conformes (Not ok – selon le terme industriel). Adrien explique :

 C’est clairement une démarche environnementale. La raison d’être de cette marque est de réduire l’empreinte écologique de l’industrie du sport. On a choisi l’up-cycling, qui consiste à donner une deuxième vie et une plus-value à l’objet recyclé. Cela diminue les déchets et évite d’extraire de nouvelles matières premières.

L’histoire a débuté alors qu’ils étaient salariés d’une grande entreprise de sports de glisse et recherchaient des solutions pour réduire les déchets engendrés par ce milieu. Aujourd’hui, sept marques de snowboard françaises, allemandes et suisses leur fournissent des planches « perdues » pour les réincarner dans l’un des quatre modèles NoK Boards.

Les deux associés surfent sur un état d’esprit local et responsable, pour le choix des matériaux et des entreprises sollicitées lors du processus de fabrication. Depuis peu, les nouveaux antidérapants des skateboards sont conçus à base de noix pilées, donnant une couleur ultra-locale au produit !

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.nokboards.com/fr/
courriel

Repair café

Un petit coup de main ?

Afin de lutter contre la surconsommation, des repair cafés émergent un peu partout.

©Auriane Poillet

Récemment, deux de ces structures bénévoles sont apparues à Grenoble, à l’Île-Verte et à l’espace Pinal, près du cours Jean-Jaurès. Ces lieux d’entraide et d’échange permettent à tou-tes de faire réparer un objet mal en point et allonger ainsi sa durée de vie : du micro-ondes au fer à repasser en passant par les horloges…

Tant que l’objet est transportable. S’il est réparé (et seulement si), une participation financière de cinq euros environ est demandée. Chaque bénévole possède ses propres compétences et apporte son savoir-faire aux visiteurs, qui peuvent en apprendre beaucoup des réparateurs.

« Entre bénévoles, nous sommes très complémentaires. Je suis électricien de formation et j’ai des compétences en mécanique », assure Pierre, du repair café de l’Île-Verte. Les permanences sont aussi l’occasion d’un moment convivial passé avec les bénévoles et les habitant-es.

« Pendant la réparation, on propose un café, on discute », indique Michèle Haller, présidente de l’association Antijette qui gère le repair café Pinal. « On espère aussi faire des ateliers inter-âges pour que les enfants apprennent à réparer eux-mêmes. »

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.repaircafe.org
Repair Café Grenoble-centre : 37 bis, rue Blanche-Monier - contact@repaircafegrenoblecentre.fr
Repair Café Pinal : 2, chemin Pinal - contact@repaircafegrenoblepinal.fr

Recycleries

Une ressource inépuisable !

Parler de recyclage sans évoquer les ressourceries ? Impossible ! Ces lieux regorgent d’objets prêts à vivre une seconde vie, entre les mains d’un nouveau propriétaire !

©Auriane Poillet

Chacun peut y déposer des objets dont il n’a plus l’utilité. Des objets qui seront ensuite triés, mis en vitrine et revendus à petits prix. Ainsi, au lieu d’encombrer nos poubelles, vêtements, meubles, déco ou encore bouquins peuvent servir une nouvelle fois.

À Grenoble, il existe trois recycleries, gérées par des associations solidaires locales.

À la Villeneuve, sur la place du marché Arlequin, la boutique solidaire le Pêle-Mêle Solidaire est tenue par la régie de quartier. Ses bénévoles collectent, valorisent et revendent toutes sortes d’objets et de vêtements en bon état.

Au sein d’un entrepôt de 1 500  m2, La Ressource est aussi appelée « le marché aux puces couvert ». Elle se situe au 3, rue Emilie-Zola, et a la spécificité d’accueillir et d’accompagner des travailleurs en difficulté pour faire tourner la boutique.

Grenoble Solidarité Ulisse a plusieurs cordes à son arc. Et notamment la gestion d’une boutique-ressourcerie, au 2, rue Hippolyte-Müller. Elle participe ainsi « au passage d’une culture de l’obsolescence à une économie circulaire et durable ».

informationRenseignements divers
courrielhttps://www.ulisse38.com
courrielhttp://laressource38.org
courrielhttps://fr-fr.facebook.com/PeleMeleSolidaire/

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Grenoble leur dit merci !

Grenoble : des lieux racontent son histoire