Actus des quartiers

Accueil >Actualités >Actus des quartiers>Très-Cloîtres

Croquis de quartier

Très-Cloîtres

Au centre-ville, Très-Cloîtres est un quartier chargé d’histoire. Il a accueilli au cours du 20e siècle plusieurs vagues de migration, qui donnent à ce lieu son identité propre, à la fois multiple et unique.

Jonathan Reynard : « Un quartier atypique, hyper contrasté»

©Alain Fischer

Jonathan Reynard, 33 ans, énergéticien – boutique Terre d’étoiles.

«Je travaille dans le quartier depuis l’été dernier, en tant qu’énergéticien au sein de Terre d’étoiles, au 42, rue Très-Cloitres. C’est un magasin de minéraux et un espace partagé par des professionnels du bien-être, du soin et de la spiritualité. Ce lieu collaboratif existe depuis six ans, créé par Annie De Palma et Joël Becot. J’y donne des ateliers et propose des soins énergétiques, pour se reconnecter à soi.

À propos du quartier, je dirais que c’est un lieu atypique, hyper contrasté, culturellement et socialement. Sur cent mètres de rue, il y a des activités très variées : un espace bien-être, une mosquée, une micro-brasserie, un théâtre…

Le quartier est bien desservi, accessible en tram et à vélo, et en voiture aussi. Les gens qui connaissent aiment ce quartier. Mais j’ai l’impression que les personnes extérieures sont peu attirées. L’entrée du quartier est étroite, on ne se rend pas bien compte qu’il y a ensuite de l’espace avec la place Edmond-Arnaud. J’aimerais qu’il y ait plus de couleurs. Le réaménagement à venir de la place pourrait aider.»


Messaoud Messikh : « Je connais tout le monde ici et tout le monde me connaît»

©Alain Fischer

Messaoud Messikh, 76 ans, retraité.

«J’étais passé ici dans les années 1960, le quartier était très différent, avec bien plus de commerces. Les modes de vie ont changé. Je suis revenu ici en 2013. Il me manque un peu de tranquillité, sinon je suis bien ici. Je me dis que ce serait bien que les jeunes aient un local pour se réunir, plutôt qu’ils restent dans la rue.

Je m’occupe des plantes du chemin des senteurs, que nous avons créé avec l’Association Mosaïques des Acteurs du Quartier (AMAQ) Très-Cloîtres. C’est un chemin avec des plantations tout le long. Je m’en occupe tous les jours, je plante, j’arrose…

Il y a un petit carré de plantes devant la crèche. Les petits, quand ils passent devant, sont super contents. Une année, j’ai recueilli un chat et je lui ai fait une petite cabane, juste à côté. Les enfants adoraient, ils venaient le voir, et puis un jour, il est parti en vacances… Je connais tout le monde ici et tout le monde me connaît. Je viens souvent à la MdH, pour boire mon café, faire de la gym et des sorties dans la nature. Ça m’apporte beaucoup de contacts.»

©Emdé

Jean-Christophe Delaval : « Je me suis senti bien dès mon arrivée»

©Alain Fischer

Jean-Christophe Delval, 54 ans, réalisateur d’enquêtes et analyse de données.

«Je suis arrivé dans le quartier il y a un an, rejoindre ma compagne qui vivait déjà ici. Je me suis senti bien dès mon arrivée. J’aime la proximité des commerces, des lieux culturels et d’animation, c’est l’hyper-centre ! C’est un quartier vivant et populaire, tonique. J’aime bien les vieux bâtiments, mélangés à d’autres. Notre immeuble me plaît, il a du cachet et de l’histoire derrière lui.

Je travaille de chez moi, je suis assez souvent dans le quartier et je fréquente beaucoup les commerces alentour, les lieux de loisirs, les bars, les musées de l’Ancien-Évêché et de Grenoble. La proximité de lieux alternatifs apporte un souffle différent, très positif.

J’ai une voiture mais je me déplace énormément à vélo. Il y a de plus en plus de pistes cyclables dignes de ce nom, dans le quartier et à Grenoble en général. Ce qui me plaît moins, c’est parfois l’ambiance insécurisante. Mais depuis quelques mois, cela s’est beaucoup calmé. Tout près, j’aime aller au parc du musée de Grenoble. Je le traverse avec plaisir, tout comme la place Notre-Dame et les rues piétonnes.»


Lorine Le Louvier : « Un quartier à l’architecture diversifiée»

©Alain Fischer

Lorine Le Louvier, 28 ans, créatrice sonore – La Souffleuse.

«Je travaille rue du Vieux-Temple. Je fais de la création de podcasts pour les entreprises et les marques, et de la création radiophonique pour enfants et ados. J’exerce cette activité au sein du Médiastère, un lieu de coworking entre travailleurs indépendants. Nous proposons aussi des évènements culturels : expos, projections, concerts… Nous sommes arrivés ici en janvier  2019. Nous avons senti un enthousiasme sur notre projet avec la MdH, le théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas, nos voisins… On n’aurait pas pu trouver mieux ! Nous organisons un Chantier Ouvert au Public avec la Ville de Grenoble, pour reconstruire une nouvelle cour du Vieux-Temple !

Je trouve le quartier très cool, proche du centre. Il est diversifié, au niveau de l’architecture, et ça bouge, il y a toujours du monde dans la rue. Et j’aime bien sa petite échelle, ça fait plus quartier que grandes rues du centre-ville, je le trouve chaleureux, dynamique et sympa. Il manquerait juste peut-être des arbres, un endroit où se poser vraiment.

Je viens ici à vélo, je deviens une vraie Grenobloise !»

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Dconfine T crayons : pour une créativité déconfinée

La Maison de l’image lance un appel à la créativité

A Teisseire, deux associations réalisent une veille sociale