Portraits

Accueil >Découvertes >Portraits>Patchwork sur mesure

Les beaux tailleurs

Patchwork sur mesure

Rencontre avec Les Beaux Tailleurs, un groupe grenoblois de quatre musiciens qui mettent à profit leurs origines multiples et sortent un premier album aux allures de melting-pot, entre musiques du monde et électro.

©Auriane Poillet

La musique des Beaux Tailleurs s’inscrit sous le signe du métissage. Savoureux patchwork de sonorités d’ici et (surtout) d’ailleurs, elle se distingue par sa dimension cosmopolite mâtinée de culture urbaine.

Rien d’étonnant puisqu’elle est le fruit de l’amitié entre des artistes d’horizons variés apportant chacun leur sensibilité à un projet qui s’est construit au fil de leurs rencontres.

Horizons lointains

À l’origine du groupe, on a : Florian Vella, auteur chanteur et guitariste d’origine sicilienne, amoureux des musiques russes et tsiganes et du swing ; Lucas Territo, guitariste et compositeur très imprégné de jazz manouche mais aussi bassiste dans des formations plus groove ; Alexis Moutzouris qui joue du saxo et de la clarinette dans des groupes de jazz et de musique traditionnelle grecque.

Ces trois-là se sont connus au Conservatoire de Chambéry il y a dix ans, avant de se retrouver à Grenoble quelques années plus tard… Ils fondent alors Les Beaux Tailleurs, en référence à la rue qui abrite leur lieu de répétition.

« Ce qui nous réunit, c’est un socle commun. On a tous des origines méditerranéennes et on aime les mêmes esthétiques. » Après deux années de « rodage » à faire des reprises, ils ont envie de créer leurs propres compositions et de « passer de la musique acoustique à la musique amplifiée pour apporter davantage de rythmique ».

Ils font donc appel à Nikitch, DJ et producteur, « spécialiste des machines, percussions électroniques et sirènes en tous genres », qui ajoute une touche résolument urbaine aux mélodies de ses acolytes.

Ancrage local

De ce dialogue fructueux naît Terroni, un album original et voyageur où les influences de chacun se conjuguent sur des textes en français « populaires au sens noble du terme, qui racontent des histoires du quotidien et parlent aussi de sujets qui nous tiennent à cœur : l’exil, la migration… »

Réalisé en 2019, « ce disque devait sortir au printemps 2020, après une période de promo où l’on a reçu le soutien actif de l’association Retour de scène et joué au Cabaret Frappé ainsi que dans toute l’Isère. La crise du Covid a mis un coup d’arrêt à nos projets et on a finalement attendu l’automne pour le lancement, sous le label grenoblois L’Oreille en Friche. »

Les Beaux Tailleurs sortent un nouveau clip en décembre. « On espère que les conditions sanitaires vont s’assouplir et qu’on aura bientôt l’occasion de retrouver la scène. D’autant qu’on a pas mal de nouvelles compositions en stock et qu’on pense déjà à un prochain album… »

informationRenseignements divers
courrielhttp://www.facebook.com/lesbeauxtailleurs

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

réagir

Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Envoyer

> Commentaires, mode d'emploi

Gre-mag vous propose aussi

Patricia Aimé : «Apporter du bien-être aux personnes âgées»

Chrystel Lamarque : «Garantir la continuité du service»

Thomas Faury : «D’un coup, l’école s’est vidée»